lundi 7 septembre 2009

Isidore et les belles bagnoles (suite).

Comme vous avez pu voir dans le gag précédemment posté, Alain Sikorski a choisi de dessiner une Dauphine, dont effectivement le moteur est à l'arrière. J'ai été très surpris du nombre incroyable de lecteurs qui ont réagi à cette erreur. C'est d'autant plus amusant que ces mêmes lecteurs se régalent des "absurderies" dont les pages sont truffées ; mais pas de pitié pour les erreurs techniques. Comme quoi, l'humour doit se pratiquer avec sérieux. On en reparle dans Spirou au mois de novembre. En attendant, pour rattraper le coup, voici un autre projet réalisé pour ce même numéro de Spirou. Projet refusé, parce que tout de même, vous n'avez pas été 250.000 à écrire. Vous auriez dû !

3 commentaires:

gyal a dit…

Dommage que le projet soit refusé, j'aurais bien aimé voir Gil Jourdan faire à nouveau la couverture de Spirou. J'avais même pas remarqué pour la Dauphine et l'emplacement du moteur, snok!

Avez-vous déjà rencontré Maurice Tillieux et est-ce l'un des scénaristes qui vous a donné envie de faire ce beau métier?

François Gilson a dit…

Je n'ai jamais rencontré Maurice Tillieux, j'avais 12 ans lorsqu'il est mort. Je me rappelle qu'à l'annonce de son décès, j'ai été très triste, car j'appréciais déjà beaucoup l'homme et son oeuvre... Je suis tombé dans la bande dessinée tout petit, et c'est vrai que Tillieux a fait partie de ceux qui m'ont donné envie de faire ce métier. Avec Goscinny (j'avais 11 ans lorsqu'il est mort), il est l'un des auteurs que je regrette n'avoir jamais pu rencontrer. Dans ce métier, nous sommes tous des humains, avec nos qualités et nos défauts...Mais avoir pu partager un moment et avoir une conversation avec une de ces légendes qui ont bercé mon enfance et m'ont donné l'envie de faire ce métier reste un privilège dont je garde d'excellents souvenirs. Car j'ai eu la chance de pouvoir les côtoyer à une époque bénie ou la bande dessinée était simple et populaire...

gyal a dit…

Ah moi non plus je n'ai pas pu les rencontrer, j'avais 4 et 3 ans à leur décès. je n'ai vraiment découvert leurs créations que bien plus tard, plus tard j'aurai pu rencontrer d'autres légendes mais j'étais moins à fond dans la BD et je l'ai regretté plus tard... jeunesse insouciante! :) j'ai heureusement pu faire de belles rencontres avec des "héritiers" de ces illustres ainés et pour moi vous en faites partie par le bon esprit que vous continuez à perpétuer, et pas uniquement.